• Dimanche
    Ce n’est qu’enchantement, le lever du soleil dans des brumes mauves, dans des vallons, des lignes courbes de douceur et de beauté.

    Le chemin me porte puis brusquement dans une montée, va savoir pourquoi, il m’enserre la poitrine, et se met à califourchon sur mon dos.

    Voici Burgos, la ville de tous les contrastes. La traversée est longue, terrifiante pour celui qui a perdu l’habitude de l’agitation des cités, les sirènes jettent un long cri strident, tout l’être s’en trouve agressé, stressé.

    Face à la cathédrale, un arrêt, il y a là un moment particulier, le regard qui plonge en son mystère…. Et quelqu'un voit cela et s'en trouve troublé.

     

    J’ai laissé mon sac au refuge, suis repartie, la ville est si belle.
    Les pèlerins se déplacent en groupes, bruyants le plus souvent. Suis-je la seule à marcher avec la voix silencieuse ?


    Il doit être 19h, des cyclistes arrivent encore pour l’hébergement. Tout est calme et apaisé, en moi il en est ainsi malgré l’excitation verbale de ceux qui sont de passage sur le camino.

    En voilà un de pelégrinos, un vrai, il arrive tard, il n’a pas d’allure. D’où viens-tu mon frère ? Tu as la peau basanée, et assurément tu vas sans le sou. Tu ne traînes pas, tu accomplis ton œuvre sans te reposer.
    Ah, le petit Gandhi et le Dandy, ces deux là font la paire. Dandy ne m’apprécie pas, il voulait m’accompagner et je n’ai pas voulu. J’ai du manquer de tact.

     


    votre commentaire
  • Chemin de Compostelle - Le 19 Juin 1999

     

    Traversée d’Orea, terre insolite, de solitudes acérées, de cailloux oubliés, de puissances tenaillées.

    Puis à un détour, au bout, tout au bout, Dom Juan de Ortega surgit dans le creux de la plaine, magnifique, magique, éternelle.


    Là, Padré, les yeux noirs, intenses, dans un champ de rides, la voix forte, puissante, il offre aux pèlerins la soupe à l’ail, et le matin le café.
    Rencontre troublante…


    Et puis retrouver en ce lieu Markus, nous parlons un peu. Il me demande l’âge que j’ai, mais oui bien sûr, tout va rentrer dans l’ordre !

    Non, quelqu’un lui a dit que j’avais l’âge d’être sa mère, c’est bien vrai, il veut vérifier, mais je ne suis pas sa mère.

    Tout ça entre les lignes des mots arrachés à nos anglais hésitants aux accents fascinants.

     


    votre commentaire
  • Il semble bien que nous soyons Vendredi, pas moyen de le vérifier j’ai perdu mon agenda électronique, oublié au refuge de Najera et là, je suis seule.
    J’ai quitté la bande, trop de promiscuité, de complications, de non-dits.
    Ni une, ni deux, me voilà partie avec mon barda.


    L'endroit où je campe est un peu près de la route, mais sympa : un pont, des arbres, un petit coin de verdure aménagé avec des tables et barbecues.
    Aujourd’hui a été une journée étrange, dans la lignée de celle de la veille : l’orage, la cocina, la rencontre de Markus dans l'église, ce sentiment étrange, comme un souvenir…

    Ce matin, je suis partie tôt. Je sortais de la rue que j’ai entendu des pas, Markus était derrière moi. Pour la première fois, j’ai réellement fait un effort pour m’exprimer en Anglais. Nous sortions de la ville que nous avons retrouvé Albert arrêté pour ranger son anorak dans son sac.
    Visiblement ces deux là ne souhaitaient pas se rencontrer. Markus a filé devant, Albert faisant ce qu’il fallait pour me retarder. Je me suis prêtée au jeu, et loin devant le grand jeune homme a disparu, je l’ai revu dans l’église du village juste après Granön, puis à nouveau il a disparu.
    A plusieurs reprises j’ai croisé Albert, il traîne la patte, souvent arrêté pour consommer.

    A Viloria de la Rioja, village natal de St Dominique, tous les chiens sont venus me retrouver. Je suis restée à manger là, sur la place. J’ai aimé l’endroit, désert, perdu ; de la musique venait d’une maison, juste les quatre pattes, cette femelle aux mamelles protubérantes vides du lait qu’elle n’avait plus. Ces chiens errants vivent libres et ne sont pas agressifs, ceux là sont infiniment doux.


    Arrivée à Belorado, Markus a l’air sombre : « Tu arrives tard ! », Albert est encore attablé, et ces dortoirs exigus, sans fenêtre. Voilà que j’étouffe, alors je reprends le sac et traverse seule la ville, chercher un coin pour planter la tente.
    Trop d’ambiguïté, j’ai filé sans rien dire à personne.

    « Qu’aucune créature n’ait peur de moi, car tout est sorti de moi » Voilà ce qui serait bon d’affirmer.

    Les cloches sonnent au loin au monastère.

     


    votre commentaire
  • Azefa j’avais oublié, mais mes pas ont bien été jusqu’à la fontaine pour une promesse faite à Rotraud.

    Vient de me doubler la danseuse Brésilienne, une liane souple et forte qui avance d’un pas léger.


    L’orage, qui a fait des ravages cette nuit, ne nous quitte pas, l’atmosphère reste étouffant, au loin des grondements, un ciel chargé d’électricité, j’ai beau hâter le pas, il me rattrape peu avant d’arriver à Aruera. Un homme, puis une femme, m’ont enjoint de me mettre à l’abri. Me voici dans une grange, alors que dehors éclairs, tonnerre et pluie s’abattent sur toute chose. Mais le toit est percé de partout, je navigue d’un endroit à un autre sans jamais vraiment être au sec. Le vent s’engouffre de toute part, et maintenant j’ai froid, je décide de reprendre la route !


    Santo Domingo de la Calzada m’accueille sous une courte éclaircie, mais la pluie reprend avant que je ne trouve un lieu pour dormir. C’est compliqué, plus de place dans les albergues ! Pauvres pelegrinos qui arrivent trempés où vont t-ils dormir ?

    Mais chez les Franciscaines, une petite sœur s’affaire afin de trouver une solution pour chacun. Pour moi, la cocina. J’ai mis un temps fou à comprendre, me voici, seule, enfin seule dans un local réduit avec un évier et… Oui une cuisine bien sûr !

    Ah, je remercie, c’est si étrange, comme si elle avait compris, senti ce besoin profond ...

    Je ne retrouve ici aucun de ceux que je connais, me voici orpheline. Quelle ambivalence ! !
    Albert me manque, je pars à sa recherche. Marcher au hasard, dans cette atmosphère humide, la cathédrale, et puis l’église tout près du refugio des Franciscaines.

    Elle avance dans l’allée centrale, un concert vient de prendre fin, et là parmi les quelques personnes qui quittent encore l’endroit, Markus, face à elle. Quelques pas et les voici tout près, ils se touchent du bout des doigts.
    Mystère de la vie qui fait s’échanger, en de si curieux instants, une telle intensité, hors du temps, du monde, dans une joie sans limite.

    Au refuge, Albert est apparu, je faisais cuire la soupe, il voulait que je l’accompagne au restaurant « Non, merci, ami, une autre fois... »



    Santo Domingo, chez toi
    J'ai trouvé la paix
    Et la quiétude
    Les petites sœurs sont si douces
    Et comme il fait bon
    D'être à l'abri
    Quand le temps se fait misère

    Santo Domingo, chez toi
    Je me suis sentie "moi"
    Sans âge, sans histoire
    Toute neuve

     


    votre commentaire
  • Albert ronfle. Le petit homme au grand sac vide a bien escaladé le lit, ce matin il m’a soûlée de paroles. Puis il y a eu l’embuscade de Markus.
    Trop de fatigue, le corps est plus lourd que le sac, et c’est difficilement que j’ai fait les 16 km pour arriver à Najera. Mais la grâce est toujours là, elle surgit sans prévenir dans le silence ou dans le bruit.


    Avec Albert nous avons visité la ville.

    Le manque d’intimité devient plus obsédant, juste un lit pour tout territoire et ce pour un soir sous le regard omniprésent des pairs. Il s’intensifie encore avec la chaleur, dehors, dedans pas un souffle d’air.


    Dans la falaise abrupte, couleur vino, s’accrochent des grottes.

     


    votre commentaire
  • Il est triste, je sens le poids de sa peine, il me suit, m’attend, laisse son regard s’appesantir, et déjà les choses deviennent compliquées. Il ne se déclare pas, juste cette présence qui devient obsédante. Ah jeune Markus, quelle est cette folie ?

    Je me suis arrêtée à Navarette sachant qu’il poursuivrait jusqu’à Najera, me voici coupée du groupe.
    Esthel devait s’arrêter ici est-ce possible qu’elle est fait les 30 km jusqu’à la prochaine étape ?

    Une fois de plus entre fatigue et sommeil qui se refuse, je préfère me relever.
    Le ciel tire sur les mauves, il s’emplit d’hirondelles et brusquement plus une seule, elles ont détalé dans un cri strident.
    La nuit tombe, les paupières s’alourdissent, j’hésite encore à retourner dans le dortoir.
    Être seule, j’ai tellement besoin d’être seule.

     


    2 commentaires
  • Rotraud décide de nous quitter à Viana, comme ça brusquement à la fin du repas.
    Comme des enfants orphelins, nous reprenons le chemin Markus et moi. Il est triste.


    Dans l’après midi, Esther m’a rejointe à une pose, elle est là en ce gîte de Logronö.
    Elle a vécu 40 ans en France, elle était infirmière, depuis elle est retournée en son pays, l’Espagne. C’est son premier jour de marche, elle est épuisée. Elle m’a demandé de lui ramener une salade de la ville, la voici qui la mange feuille à feuille sans aucun assaisonnement : « Vous les français avec vos sauces ! »

    Oui, chacun ses habitudes, ce n’est pas un problème.
    Elle se lamente un peu, elle ne sait pas si elle pourra aller jusqu’au bout, c’est si dure, mais elle a fait la promesse, alors aujourd’hui elle s’est mise en route pour voir.


    Plus tard, je reste dans la cour, tout en haut du clocher, nichent des cigognes, elles font des allées et venues incessantes, saluées par les caquètements de leurs congénères.

     

    Tourne et tourne, osera, osera pas ?

    Et toi que feras-tu ?

    No abla espagnol...

     

    Les pèlerins sont des gens qui parlent fort

    Ils sont là, et tout à coup, ils ont disparu

    Dormir c’est ce qu’il y a de plus difficile

    Marcher aussi


    Il est nerveux le bougre, et moi je fais de la buée

    Sur mes carreaux et je m’endors sur ma chaise

    Va te coucher petite c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires