• Et pourtant quelque chose à changer…

    Je sais que tu remues les lèvres, de l’autre côté

    Et cela agit en moi, comme cela agit dans le monde.

     

    Ce qui est important, est que cela se fasse.

     


    2 commentaires
  • Ainsi grandit un sentiment de sécurité qui n'a rien à voir

    Avec les assurances qu'il vous faut payer pour chaque engagement

    Dans cette société immonde, toujours plus laide.

     

    Ainsi ce sentiment toujours plus profond, la PAIX, en soi

    Alors ma main te touche toi, mon éternel amant

    Elle te caresse, pas seulement le front

    Et notre plaisir est grand, toujours plus grand.

     

    Il n'explose pas dans tous les sens, ce plaisir intense

    Il atteint le but, suprême but de la délivrance, la notre

    Et c'est celle du monde.

     


    2 commentaires
  • La plus belle chose que l'on puisse offrir à l'aimé

    C'est le recevoir, l'accueillir, tel qu'il est

    Non qu'il serait figé dans une quelconque posture

    Tel qu'il est dans l'instant présent !

     

    Te rends-tu compte ?

    Cela met un terme à toutes les attentes

    De réparation, de récompense, de vengeance

    Neuf, tout neuf, dans la rencontre.

     


    4 commentaires
  •  Les mots sont là quelque part

    Dans un océan et demandent à naître.

    Ce pont, frêle embarcation

    Entre le monde du silence et celui du bruit.

     

    Depuis quand nous aimons-nous ?

    Cela a commencé bien avant que ce temps soit.

     


    votre commentaire
  • Je me moque bien de savoir

    Si une autre fois nos mains se sont touchées

    Si nos corps se sont caressés.

     

    Cela ne prend aucune forme

    Ni celle d’une espérance, ni celle des regrets.

     


    votre commentaire
  • J'étais bonne pour placer la boule

    Lui, bon tireur

    Si bien que le jeu consistait, pour lui

    A dégommer mes boules bien placées

    Sans arrêt.

     

    Je suis bonne poire

    Mais faut pas exagérer !

    Quand je lui ai dit que je voyais

    Sa stratégie, que son but n'était pas de jouer

    Avec moi, mais de me ratatiner.

     

    Il me dit d'un air hautain

    « Mais tu pourrais comprendre que je m'entraîne ! »

    Là j'ai vu le phénomène ! Je n'existais pas

    Nous vivions en couple, et pour lui je n'existais pas

    Ce jour la rupture en moi.

     

    Après qu'importe le temps, les chemins empruntés

    Après ce jour-là, il courrait le chemin

    Je me libérais de l'emprise de cet homme-là

    Sans drame, sans excès, avec assurance

    C'était déjà accompli.

     


    votre commentaire
  • Je m'étais retirée de tout !

    Et je sais que c'est le chemin, mais...

    Voilà !

     

    J'étais là... à faire mes petits comptes

    Engagée, c'est sûr, à la manière de celui

    Qui pense prendre la porte de derrière

    Comme ça "semblant que c'est pas exprès"

    Un jour être là, et un autre matin n'y être plus.

     

    Mais les signes sont venus dans ce désert

    Me dire que NON, pas encore, pas comme ça !

    Alors là... la vieille personne 

    Ça soupire, ça geint, ça traîne les pieds !

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires