•  Je t'ai aimé à la hauteur de ce besoin en moi

     De rencontrer

     Je t'ai aimé à la hauteur de l'intensité de la flamme

     Qui s'élève avec la kundalini...

     

    Je t'aime et c'est intemporel !

     


    5 commentaires
  • Le vent se lève, et doucement murmure dans les filaos…

    Le laisser entrer dans la maison, c’est tant d’amour

    C’est toujours comme ça, on reçoit bien plus

    Que ce que l’on attendait !

     

    C’est tellement grand !

    Ne crains rien

    Le dé à coudre recevra ce qu’il peut recevoir

     


    votre commentaire
  • Je t'aime et rien ne pourra contre ça

    Ni ce que je pourrais en dire

    Ni ce que je n'en dirai pas

    Ni tes silences, ni tes absences

     

    Je t'aime c'est au-delà

    Tellement au-delà !

     


    votre commentaire
  • Voilà…

    Il m’a fallu du temps pour comprendre

    Bien sûr qu’il n’y a rien à comprendre !

    Juste des évidences qui se disent dans le silence.

     

    J’ai marché de Vézelay à Compostelle

    Pour de vrai, comme disent les enfants

    Et puis… suis revenue

    Cherchant, ce qu’il me fallait faire

    Comment le faire et même avec qui…

     

    Là, la réponse

    Cet état qui m’a portée à quitter la maison

    Sans attache, affrontant les peurs, et les larmes

    Tellement paisible et sereine au plus profond

    Cet état est là, partout…

     


    votre commentaire
  • Devant l’eau si limpide, si claire

    Qu’on ne peut la voir

    Juste sentir en son corps

    Entendre

    L’onde fraîche s’écouler

    Lumière.

     

    Avoir traversé

    La ravine encombrée de roches

    De végétaux et des immondices

    Que les gens jettent partout

    Grimper, redescendre

    Graffiner cuisses et mollets.

     

    En un effort naturel

    Atteindre le plus haut point

    Découvrir le plateau

    Il touche le ciel

    Lumière.

     

    La brume descend doucement

    Berce la terre sèche

    Apaisement de toutes les tensions

    L’âme de la petite plaine sourit

    Lumière.

     

    Tu m’as pris la main

    Si doucement, serrée contre ton cœur

    Je l’ai entendu battre, si doucement

    Lumière.


    votre commentaire
  • La relation, est toujours une mise en danger.

    Dans ce travail, on se dira que danger n’est que pour le tremblement en soi.

    Cela est vrai, mais aussi, pouvons-nous prétendre à ne plus jamais fonctionner à ce niveau ?

    Vrai, on aimerait qu’il en soit ainsi, rester en toutes circonstances, fort et paisible, dans une confiance sans faille.

    Alors, en décider ?

     

    Je ne sais pas… car après tout, ces défaillances, nous font humbles.

    Aussi, elles nous rappellent que jamais nous sommes arrivés.

    Elles nous font nous ouvrir encore…

     

    En décider ?

    Je crois que ce mouvement d’ouverture à l’autre, au monde, est cette décision.

    La paix est là, juste qu’elle n’est pas le fruit de l’isolement, mais du don.

     


    2 commentaires
  • Dans ces yeux là, j’ai rencontré la lumière
    Celle que je gardais comme un secret
    Que rien ne puisse venir la ternir
    Dans ces yeux-là, j’ai touché l’essentiel en moi.

    De cette bouche silencieuse, des mots si doux
    Réconciliation de la création, en absence du père
    Horizontalité transcendée par la verticalité
    Mystère éclairant au cœur de la nuit.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique